Site officiel de la Fédération de Pêche de L'Aveyron

Vous êtes : Techniques de pêche - Insectes aquatiques - Eaux stagnantes

Niveau des eaux en Aveyron, avec graphiques.

Dépliant et Guide à Télécharger

Pêche en Aveyron

Fédération de Pêche de l'Aveyron
Réglementation
Réserves de pêche
AAPPMA Aveyron
L'information locale
Poissons en Aveyron
Gestion des Ombres
Ruisseaux en danger
Carpes et Carnassiers en Aveyron
NO-KILL

Une partie de pêche avec :

Alexis Portal - Black Bass
Florian Molinié - Carpe
Jean Claude Bauguil - Le carnassier à Sarrans

Documents techniques

Impact chaussées et barrages
Expériences sur ruisseau
Protéger les frayères
Truites natives ou hybrides ?

La vidéo du mois

Novembre 2008



 

La pêche au toc - Le brochet à la mouche - Leurres à carnassiers - Montage des mouches (photos) - Noeud final avec les doigts - L'outil whip finish - Outillage mouche - Insectes aquatiques - Noeuds pêche - Calcul de bas de ligne - Accueil techniques de pêche

 

Insectes aquatiques : Généralités - Eaux courantes - Eaux Stagnantes - Eaux Particulières

 

Les insectes des eaux douces stagnantes. Lacs de plaine, Étangs, Mares et Marais.


Les eaux stagnantes abritent de nombreuses espèces d'insectes aquatiques adaptées à la vie dans ces milieux. Les faunes sont bien différentes selon qu'il s'agit de mares, d'étangs de lacs, de marécages, de lacs de montagne ou... d'une simple flaque d'eau.

Ces milieux ont en commun une richesse en plantes aquatiques qui envahissent la totalité du milieu dans les marécages, ainsi qu'une certaine stabilité. Leur surface et leur aspect évoluent cependant dans le temps : les mares, les étangs et les lacs se comblent progressivement par accumulation de débris organiques et de sédiments et ils se trouvent envahis de végétation, entraînant des modifications majeures dans la composition numérique et spécifique de l'entomofaune. Le mode de formation de ces milieux humides varie énormément : lac à l'intérieur de cratères d'anciens volcans éteints dans le Puy de dôme, mares formées par l'isolement d’anciens bras morts de rivière, marais côtiers ou marécages alimentés par des sources ... Certains sont d'origine humaine, comme les anciennes gravières et les sablières inondées ou les étangs artificiels, nombreux autour des villages. Leur faune est souvent particulière.

Ces milieux humides, surtout les plus modestes d'entre eux, les mares, sont fragiles et souvent victimes de rejets de déchets variés. La réputation d'insalubrité des marais, héritée du paludisme maintenant disparu de France, ainsi que l'impossibilité d'y développer des cultures, sont deux raisons qui contribuent à l'acharnement des hommes à les assécher.

Les insectes aquatiques se trouvent en majorité en bordure littorale, particulièrement riche en nombreuses plantes aquatiques. Ces plantes constituent des refuges pour les invertébrés phytophages, comme les mollusques et les insectes aquatiques qui consomment ces plantes. Elles abritent aussi des insectes prédateurs qui consomment d'autres invertébrés.

La diversité en espèces végétales et la nature du fond ont un grand rôle : les insectes rencontrés ne seront pas les mêmes si le fond est constitué de sable, de boue, de graviers, de pierres ou tapissé de mousses. Certaines espèces d'insectes, en majorité des Diptères Chironomidae, vivent dans la zone benthique, c'est-à-dire le fond des lacs et des étangs.

La composition chimique de l'eau est un autre facteur important. Les eaux sont acides, neutres ou alcalines, plus ou moins chargées en calcium ou en magnésium, en matière organique dont la décomposition entraîne une diminution de la quantité d'oxygène dissous. L'ensemble de ces facteurs, biotiques et abiotiques, conditionne la composition faunistique des eaux stagnantes, les insectes ayant des préférences quant au choix des habitats disponibles.

Les ODONATES
De nombreuses espèces de Zygoptères et d'Anisoptères peuplent les eaux stagnantes. Ils forment un des éléments les plus spectaculaires de la faune des mares et des étangs, au printemps et en été. Les adultes volent autour des collections d'eau à la recherche de proies et se disputent des territoires de vol. L'accouplement a lieu en vol ou posé sur des supports, en formation de tandem ou en cœur ". Les Zygoptères ont un mince corps frêle et leur vol est lent et mal assuré. On rencontre communément des Coenagrion, à l'abdomen annelé de turquoise et de noir, de petits Ischnura, à l'abdomen noir et à l'avant-dernier segment turquoise et la Pyrrhosoma nymphula, à belle couleur rouge-vif. Beaucoup plus Robustes, les Anisoptères sont plus grands et leur vol est rapide et vif. Leur yeux énormes, efficaces dans la poursuite de petites proies volantes, sont très caractéristiques. Les plus grands sont les Aeshna et les Anax, de couleur variable selon les espèces et le sexe, qui se posent à peine pendant la journée, patrouillant inlassablement au-dessus des étangs.

Anax imperator
Sortie de l'adulte d'Anax imperator (Aeschnidae) de sa mue larvaire
(photo J.L. Dommanget SFO)

Les Libellula sont plus courtes, avec l'abdomen d'aspect déprimé et dilaté sur les côtés. Les Sympetrum ont un corps rouge vif ou fauve. Les Libellules adultes lorsqu'elles ne sont pas en vol, recherchent des végétaux pour s'y poser, tels que les branches des arbres voisins ou les phragmites. Les larves utilisent également les tiges émergées des plantes aquatiques pour s'y fixer lorsqu'elles quittent l'eau et passent à l'état adulte. La présence de roseaux, de Carex ou de Juncus sur les rives est nécessaire à la vie des Libellules, en particulier des Anisoptères.

Accouplement d'Ischnura elegans
Accouplement d'Ischnura elegans (Coenagrionidae)
photo J.L. Dommanget - SFO

Les larves vivent dans l'eau, protégées par leur coloration homochrome avec celle du milieu de vie, qui leur assure un camouflage vis-à-vis des prédateurs. Les larves de Zygoptères, graciles et aux membres allongés et fins, se tiennent immobiles parmi les plantes, alors que les larves des Anisoptères, notamment celles des Sympetrum et des Gomphus, trapues, sont immobiles sur le fond et dans la vase. Elles guettent les proies qu'elles repèrent avec leurs yeux bien développée et leurs trois ocelles frontaux, les saisissant d'une brusque détente du corps, prolongé par la détente de leur "masque". Le masque des larves de Libellules correspond à un développement particulier du labium, lame articulée repliée sur la tête de la larves au repos. Le masque s'étend longuement en avant lorsque la larves saisie une proie. Les larves se nourrissent de proies variées en fonction de leur taille : petits crustacés du plancton, les larves d'autres insectes aquatiques et mollusques gastéropodes. Une autre particularité des larves de Libellules est leur maîtrise de la propulsion par réaction. Lorsqu'elles sont inquiétées, elles éjectent l'eau contenue dans leur ampoule rectale, ce qui les propulse brusquement en avant. La méthode est efficace pour échapper aux prédateurs. La respiration est assurée essentiellement par des branchies internes situées sur les parois de l'ampoule rectale. L'eau est renouvelée régulièrement par des mouvements d'entrée et de sortie, permettant les échanges gazeux.

Les COLÉOPTÈRES aquatiques
Les Coléoptères sont représentées par de nombreuses espèces terrestres mais relativement peu par des espèces aquatiques. On trouve dans les eaux stagnantes les représentants de plusieurs familles au mœurs très différentes, qui se sont adaptées à la vie dans ce milieu. On peut distinguer chez les Coléoptères aquatiques trois groupes : les herbivores, les carnassiers et les détritivores, au moins au stade adulte. Chez plusieurs familles de coléoptères aquatiques, les adultes consomment des plantes. La famille la plus importante est celle des Hydrophilidae. Ce sont des animaux de taille très diverse, 1 ou 2 millimètres pour les plus petits, jusqu'à environ 5 centimètres chez les grands Hydrophilus piceus et Hydrophilus pistaceus. Ce sont de mauvais nageurs qui se tiennent le plus souvent fixés aux plantes aquatiques. La femelle pond des oeufs qu'elle enferme dans un cocon de soie, flottant chez les Hydrophilus ou posé sur le sol, comme chez les Helophorus, cocon qu'elle tisse grâce à une glande abdominale spéciale. Les femelles des Helochares ne se séparent pas de leur ponte qu'elles transportent en permanence, fixée sous leur abdomen, offrant ainsi une protection à leur descendance. Dans les mares, les larves vivent parmi les débris végétaux qu'elles consomment. Les adultes sont en majorité herbivores, consommant activement les lentilles d'eau, les myriophylles et autres plantes aquatiques dont ils limitent la prolifération. Certains comme les Hydrochara, ne dédaignent pas de petites proies ou de petits cadavres. Une exception est constituée par les Spercheus, qui vivent dans la vase et sont filtreurs de débris microscopiques, dont ils se nourrissent.

La respiration des Hydrophiles adultes est aérienne. Pour ce faire ils doivent remonter à la surface pour faire une provision d'air. La tête entre en contact avec la surface et l'insecte déploie ses antennes courtes, de forme adaptée, couvertes de petites soies non mouillables à leur extrémité et il les met en contact avec l'air. L'air est canalisé le long de la tête et du thorax, puis amené à la face inférieure de l'abdomen ainsi que dans la cavité sous-élytrale où les ailes sont repliées, pour y être stocké. L'abdomen est couvert en dessous d'une fine couche de soies très denses, argentées ou dorées, non mouillables, sur lesquelles se fixe en permanence une bulle d'air que le Coléoptère entraîne avec lui en plongée. Il existe une exception : certains Hydrochus ne recueillent pas l'air grâce à leurs antennes, mais mettent en contact l'extrémité de leurs élytres avec la surface pour refaire provision d'air, comme le font les Dytiscidae.

Dytiscus circumflexus
Dytiscus circumflexus (Dytiscidae) photo J.-L. Dommanget (S.F.O)

D'autres types de Coléoptères consomment des plantes. Les Donaciinae sont des Chrysomelidae aux moeurs aquatiques. Ce sont des Coléoptères très esthétiques, au belles couleurs métalliques variées de vert, mauve ou doré, aux antennes longues, qui consomment les feuilles de nénuphars, des Potamogeton et des Carex. On peut voir leurs découpures profondes dans les feuilles des plantes aquatiques flottantes. Les adultes se tiennent au soleil sur les feuilles ou dans les fleurs de nénuphars, dont ils consomment le pollen et ils plongent rapidement sous la feuille ou s'envolent s'ils sont inquiétés. Tout comme les Hydrophilidae, les adultes possèdent un revêtement de soies d'aspect argenté, hydrofuge à leur face ventrale, ce qui leur permet de transporter une bulle d'air avec eux en plongée. Les larves vivent sur ces mêmes plantes, ainsi que les nymphes, qui recueillent pour leur respiration l'oxygène produit par les plantes aquatiques grâce à un stylet enfoncé dans le tissu de la plante. Certaines Donaciinae, les Hermonia, sont entièrement aquatiques et recueillent les bulles d'air à la surface des plantes, ce qui leur permet de se maintenir constamment immergées. Il existe également des Charançons aquatiques, qui, eux aussi, vivent sur ces mêmes plantes. Ce sont de piètres nageurs, seulement capables d'aller d'une plante à une autre. Leur face inférieure retient également l'air grâce à un revêtement de soies hydrofuges.

Donacia
Donacia (chrysomelidae) photo J.-L. Dommanget (S.F.O)

Les Coléoptères aquatiques carnassiers sont les Hydradephaga, qui regroupent, en France, les Dytiscidae, Haliplidae, Hygrobiidae, Gyrinidae et Noteridae. Ces familles renferment des espèces habituellement bien adaptées à la vie aquatique et à la nage le plus souvent performante, à l'exception des plus petits Dytiscidae et des Noteridae. Les adultes se trouvent en bordure des collections d'eau, souvent réfugiés parmi les plantes ou les débris végétaux, parfois sous les pierres. On rencontre fréquemment les Dytiscidae regroupés par espèce, ce qui facilite certainement le rapprochement des sexes. Les larves vivent dans les même milieux.

Adultes et larves sont généralement carnassiers. Ils s'attaquent à diverses proies, de taille proportionnelle à la leur, allant des petits crustacés du plancton jusqu'à de petits poissons ou des grenouilles pour les larves et les adultes des Dytiscus et des Cybister. Les mandibules des larves forment deux crochets puissants pourvus d'un canal central par lequel elles injectent un venin après la morsure. Le venin contient des enzymes protéolytiques qui digèrent les tissus de la proie, aspirés ensuite par la larve, réalisant ainsi une digestion pré-orale. Certaines larves ont des préférences alimentaires, telles celles des Noteridae, qui fouissent dans la vase du fond ou celles de Hygrobia hermanni qui consomment des larves rouges de Tubifex. Les Haliplidae font exception en consommant des algues filamenteuses.

Les Gyrinidae sont adaptés à la vie à la surface des eaux : ils vivent sur le ménisque sur lequel ils flottent et se déplacent en tournoyant très rapidement, généralement en bandes. Les Gyrinidae montrent une particularité biologique remarquable : chacun de leurs yeux est divisé en une portion supérieure, permettant la vision aérienne et en une portion inférieure, permettant la vision dans l’eau. Ils localisent ainsi des proies aussi bien à la surface, s’en saisissant avec leurs pattes antérieures allongées, qu’en, profondeur, étant également capables de plonger pour chasser ou échapper à un prédateur. Les Dystiscidae et les Noteridae ont des pattes postérieures en forme de rames, qui leur permettent une nage rapide et efficace. En outre, leur corps a une forme hydrodynamique, comme celle d’un sous-marin. La respiration des adultes et des larves est aérienne : ils remontent à la surface de l’eau pour respirer. Les adultes mettent l’extrémité de leur abdomen et de leurs élytres en contact avec la surface et font le plein d’air qui s’accumule dans la chambre sous-élytrale, l’atrium. Certains petits Dytiscidae sont cependant capables de recueillir des petites bulles d’air sur les plantes aquatiques, d’autres ont un développement particulier de leurs élytres, ce qui leur permet de capter l’oxygène dissous dans l’eau à travers leur cuticule. Les larves de Gyrinidae possèdent des branchies et non pas besoin de remonter en surface pour respire : elles consomment l’oxygène dissous dans l’eau.

Gyrinus
Gyrinus (photo G.Blondeau - OPIE)

L’accouplement a lieu dans l’eau, ce qui le rend problématique pour la femelle, maintenue sous l’eau par le mâle et ne pouvant revenir en surface pour respirer. Pour mieux s’accrocher à la femelle, le mâle des Hydradephaga possède des ventouses adhésives à la face inférieure des tarses de leurs pattes antérieures et intermédiaires. Les femelles sont parfois pourvues de carènes, de soies ou de surfaces rugueuses facilitant la prise des mâles. La ponte a lieu le plus souvent parmi la végétation. Les femelles des Dytiscidés du genre Llybius possèdent un appareil de ponte qui ressemble à une lame de scie, facilitant l'introduction de leurs oeufs dans les tissus des végétaux. Les adultes volent très bien et ils quittent les mares temporaires lorsqu'elles s'assèchent pour coloniser de nouveaux milieux.

Hygrobia tarda- Hygrobia tarda sa larve
Adulte de Hygrobia tarda (Hygrobiida) (gauche) et sa larve (droite)
photos J.-L. Dommanget (S.F.O)

Sur les berges, dans les zones constamment humides ou dans la vase, vivent des Coléoptères semi-aquatiques bien adaptés à ces milieux. Les Coelostoma, des Hydrophilidae proches parents d'espèces terrestres vivant dans les excréments de ruminants, sont amphibies et vivent sous les algues mortes en décomposition. Également amphibies, les dryops, qui appartiennent à la famille des Dryopidae, sont capables de plonger en s’agrippant aux brindilles mortes qu’ils consomment, en emportant avec eux une large bulle d’air, grâce à un dense revêtement de soies. Proches parents des Dryops, les Heteroceridae des genres Augyles et Heterocerus vivent en petites communautés dans la vase solide des bordures sableuses ou argileuses, à l’intérieur d’un réseau de galeries. Les larves se nourrissent de matières organiques, elles construisent une petite coque creuse en argile dans laquelle s’abrite la nymphe jusqu’à l’éclosion de l’adulte. Les adultes seraient carnassiers ; ils possèdent un appareil stridulatoire mais leur chant n’est pas encore connu. Les Georissus sont des Hydrophilidae minuscules adaptés au bord des eaux ou aux terrains très humides Les adultes portent un déguisement qu’ils construisent eux-mêmes, fait de grains de sable enduit d’une salive collante qu’ils amassent un par un sur leur dos.

Les TRICHOPTÈRES
Les Trichoptères, ou Phryganes, affectionnent les eaux courantes, mais plusieurs espèces habitent les eaux stagnantes. Le fait biologique le plus marquant des Trichoptères est la capacités des larves à produire de la soie servant à la conception d’un fourreau. Celui-ci est construit avec les matériaux les plus divers mais il est spécifique de chaque espèce et constitue un abri pour la larve.

Phrygane Larve de Phrygane dans son fourreau
(gauche) Adulte de Phrygane (photo G.Blondeau - OPIE)
(droite) Larve de Phrygane dans son fourreau construit de plusieurs matériaux
(photo J.L. Dommanget - SFO)

Les Limnephilini et les Phrygaeninae vivent dans les mares. Les premiers construisent des fourreaux constitués de feuilles mortes, de brindilles ou de cailloux. Les Phrygaenidae, quant à eux, construisent un fourreau spiralé avec un assemblage complexe de très petite brindilles qu’ils disposent régulièrement. Les larves se nourrissent des aliments les plus divers, animaux ou débris végétaux. Elles respirent l’oxygène dissous grâce à des branchies abdominales.
Les nymphes s'abritent dans le dernier fourreau larvaire ou dans un cocon de soie chez les espèces qui n'utilisent pas de fourreau. Leurs pattes postérieures sont pourvues de soies natatoires qui permettent aux nymphes de remonter rapidement à la surface pour permettre la sortie de l'adulte. Les adultes sont discrets et se tiennent sur la végétation pendant la journée. Pour pondre leurs oeufs dans l'eau, les femelles peuvent s'immerger complètement de façon prolongée.

Les HÉTÉROPTÈRES
Ce sont les "punaises" aquatiques. On en distingue deux grands groupes : les Géocorises et les Hydrocorises. Les Géocorises regroupent les Hétéroptères qui patinent à la surface des eaux et les Hydrocorises comportent les espèces nageant en pleine eau. Parmi les Géocorises, les Gerris, les Velia, les Mesovelia, les Hydrometra et les minuscules Hebrus vivent à la surface de l'eau, sur laquelle ils patinent en prenant appui sur les extrémités de leur longues pattes. Leurs mouvements saccadés et leur vie en groupe les rendent très caractéristiques de cette faune si particulière de la surface des eaux douces. Sensibles aux ondes vibratoires, ils capturent toute petite proie qui s'aventure sur la surface de l'eau, tel un moucheron tombé là, s'en emparent avec leurs pattes antérieures et aspirent son contenu liquide avec leur rostre. Les Hydrometridae affichent au contraire une démarche lente au bout de leurs pattes filiformes. Leur forme rappelle une mince brindille et constitue probablement un camouflage par mimétisme
Les Hydrocorises sont très fréquentes dans les mares et les étangs. Elles nagent en pleine eau avec vivacité et s'attaquent à de petites proies : autres insectes, petits crustacés..., à l'exception des Corixidae qui consomment des algues filamenteuses. Leur taille est très variable, de 2 ou 3 mm pour le petit Plea minutissima jusqu'aux Belostoma et Lethocerus géants des régions tropicales.

Gerris lacustris
Gerris lacustris (Gerridae) (photo G.Blondeau - OPIE)

Les Hydrocorises les plus esthétiques, les Notonecta, adoptent une posture d'affût inversée sous la surface des eaux, l'abdomen dirigé vers le haut. Les Nepa et les Ranatra respirent sans avoir à remonter jusqu'à la surface, grâce à un long siphon respiratoire prolongeant leur abdomen, sorte de tube qui aspire l'air jusqu'en surface. Les Ranatra sont remarquablement camouflées et ressemblent parfaitement à une longue brindille, ce qui leur permet de passer inaperçues parmi les plantes aquatiques, à l'image d'autres insectes, terrestres ceux-là, les Phasmes, qui vivent parmi les plantes épineuses en imitant des branches ou des brindilles. En revanche, les Nèpes préférent se tapir dans la boue du fond, dont elles recouvrent leur corps plat, pour passer inaperçues aux yeux de leurs proies. Les Géocorises et les Hydrocorises volent bien, en particulier les Notonecta et elles sont attirées le soir par la lumière des lampes.

Notonecta glauca
Notonecta glauca (Notonectidae) (photo G.Blondeau - OPIE)

Tout comme pour les Coléoptères, il existe également des Hétéroptères semi-aquatiques, qui vivent et chassent sur les berges dans les plan d’eau, sur la boue. Les Saldides se tiennent à l’affût, dressées sur leurs pattes antérieures et observent les environs de leurs grands yeux. Elles bondissent sur les proies qui passent à leur portée. Les jeunes d’Ochtherus marginatus se déguisent également avec du sable à l’aide de leur tête. Celle-ci, plate et dentelée sur sa bordure à la manière d’une grande pelle, est utilisée pour se couvrir le corps de grains de sable, ce qui leur confère camouflage et protection. On trouve les adultes d’Ochterus souvent réfugiés à l’intérieur de petites logettes qu’ils creusent dans les flancs des berges ou des ornières, où ils se tiennent à l’affût en guettant les alentours.

Les DIPTÈRES
Les Diptères, qui regroupent les mouches, les moucherons et les moustiques, sont un des plus importants ordres d'insectes. Les espèces ont des aspects et des modes de vie fort diversifiés. Les Brachycéres comportent de nombreuses familles, notamment les Tabanidae, les Syrphidae, les Sciomyzidae, etc., à larves aquatiques. Les adultes ont de courtes antennes et les larves sont pourvues d'une capsule céphalique faiblement sciérotinisée, très réduite et rétractile (larves acéphales).

Les adultes de Nèmatocères possèdent de longues antennes: Leurs larves sont pourvues d'une capsule céphalique bien définie (larves eucéphales) ou partiellement sciérotinisée et rétractile (larves hémicéphales). Ils comprennent notamment les Tipulidae, les Psychodidae, les Chaoboridae, les Culicidae (moustiques), les Simulidae, les Chironomidae, et les Ceratopogonidae (moucherons piqueurs). La famille des Chironomidae constitue le plus gros groupe d’insectes à larves aquatiques en Europe. De nombreuses espèces à larves aquatiques appartiennent au sous-ordre des Nématocères.

Chironome adulte -Larve de Chironomus
(gauche) Chironome adulte (Chironomidae)
(droite) Larve de Chironomus
(photos G.Blondeau - OPIE)

Certains Diptères aquatiques sont bien connus des hommes. C’est le cas des moustiques, dont les larves vivent dans les eaux stagnantes, en particulier les petites collections d’eau, comme les mares, les flaques, etc. Les Culex sont bien connus en France car ces petits moustiques rentrent le soir venu dans les foyers pour harceler les habitants, ils sont capables de coloniser la moindre parcelle d’eau douce, comme l’eau stagnante dans une boite de conserve ou un fossé. Les larves se nourrissent de débris organiques, de bactéries, etc. Elles respirent grâce à un siphon respiratoire et se tiennent le plus souvent, pendues par leur siphon, sous la surface des eaux. L’adulte se déplace en volant et la femelle pique et aspire le sang grâce à ses pièces buccales différenciées en trompe piqueuse. Ce comportement hématophage lui apporte des protéines pour la maturation de ses oeufs. Mais les moustiques s’alimentent également du nectar des fleurs, qui leur apporte du tréhalose, sucre qui assure un apport énergétique nécessaire au vol.
Les moustiques du genre Anopheles sont les vecteurs des plasmodium du paludisme dans les régions tropicales du globe. Autrefois, la malaria était inoculée par ces moustiques en France, mais la maladie semble avoir disparu de notre pays. Également présents dans les habitations, les Psychodidae sont de petits Nématocères ressemblant à de minuscules papillons de nuit car leur corps et leurs ailes sont couvertes de soie. Les larves vivent dans les eaux peu profondes des mares et des marais, mais aussi... dans les siphons des salles de bains, où l'on rencontre fréquemment les adultes posés sur les murs. Bien que proches des Phlebotomidae, autres Diptères suceurs de sang, les Psychodidae, sont inoffensifs. Les adultes des Ceratopogonidae du genre Culicoides sont de minuscules moucherons aux ailes souvent décorées de motifs, volant fréquemment en nuages et capables de harceler les hommes et le bétail de manière insupportable, en infligeant des piqûres douloureuses et très prurigineuses.

Au Pays-Basque et en Espagne, une espèce inocule une maladie au cheval, la peste équine africaine. Seule la femelle pique. Les larves sont cylindriques et vermiformes : elles vivent dans la vase au bord des eaux douces ou saumâtres. Les Chironomidae sont des Nématocères ressemblant superficiellement à de petits moustiques. Attirés par la lumière, on les trouve fréquemment sur les vitres le soir. Leurs larves aquatiques rouge vif sont pourvues d'appendices sur le thorax et à l'extrémité abdominale. Ces larves constituent une part considérable de la biomasse aquatique des lacs et des étangs et elles sont une nourriture de choix de nombreux poissons et d'autres insectes. Les adultes ne piquent pas. Le mâle possède de longues antennes plumeuses.
Parmi les mouches à larves aquatiques, les Taons (Tabanidae) sont les mieux connus du public, car eux aussi attaquent l'homme et le bétail pour s'alimenter en sang. Les larves sont enfouies dans la boue et consomment de petits invertébrés. Elles respirent grâce à un siphon qu’elles mettent en contact avec la surface. Les Syrphidae sont des mouches élégantes, au corps annelé de noir et de jaune, ce qui les fait ressembler superficiellement à des petites guêpes au vol rapide et saccadé. Elles ont une étrange capacité à voler sur place, Grâce au battement extrêmement rapide de leurs ailes. Les larves d’Eristalis vivent dans les eaux boueuses riches en matières organiques, y compris le purin et les fosses d’aisance. Elles respirent grâce à un très long siphon respiratoire rétractile à l’extrémité de leur abdomen, Qu’elles peuvent déployer jusqu’en surface pour s’approvisionner en l’air.

Autres groupes
Dans d’autres ordres d’insectes, quelques espèces particulières côtoient les milieux aquatiques. C’est le cas de plusieurs familles de papillons dont les chenilles dévorent les feuilles des nénuphars, de quelques Collemboles, ou Podures minuscules insectes primitifs dépourvus d’ailes qui vivent au bord des eaux et se déplacent sur la surface sans la traverser. Quelques Hyménoptères (guêpes) ont des larves qui parasitent d’autres insectes aquatiques.

 

Pêche au toc
Le Brochet à la mouche
Les leurres aux carnassiers
Montage canne à mouche
Montage des mouches (photos)
Photos mouches
Outillage mouche
Noeud final avec les doigts
Outil whip finish
Insectes aquatiques
Noeuds de pêche
Bas de ligne

Manifestations & Calendrier

Challenge aux carnassiers
Responsables concours pêche
Date des concours de pêche
Les Gladiateurs

Hébergements

Lien vers le site du CDT "Hébergement"

Divers

Comité Départemental du Tourisme
Les maladies du pêcheur
Météo Aveyron
Une tortue dans l'Aveyron
Jeux pêche d'un Ombre- virtuel
Archives des sondages
Les récompenses du site

HAUT DE PAGE

HAUT DE PAGE

Plan du site - Nous écrire
Site officiel de la Fédération de Pêche de l'Aveyron - Tous Droits Réservés www.pecheaveyron.com depuis ©1997. (Version 4.2 -
Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/http/pecheaveyron/pecheaveyron.com/www/web/menu/dv_connect.php on line 18

Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/http/pecheaveyron/pecheaveyron.com/www/web/menu/dv_connect.php on line 32